samedi 21 juillet 2018 à 16h30

PINK BLOC pour la marche des fiertés 2018

Organisons un Pink Bloc - féministe, antipatriarcal, anticapitaliste et antifasciste - pour la Marche des Fiertés de Montpellier, le 21 juillet 2018 à 16h30 au Peyrou !

Pour organiser ce Pink Bloc, revendicatif et festif, aura lieu des assemblées générales (tous les mardis à 19h30, à la mauvaise réputation, 20 rue Terral, Montpellier) regroupant des gouines, pédés, biEs, pans, hétéras, aces, aros, polyamoureuSEs, sapiosexuelLEs, … qu'iels soient transgenres, cis-genres, non binairEs, agenres, intersexuéEs, queers, raciséEs, blancHEs, handiEs, crips, valides, fouOLLEs, neurotypiques, séropos, séronegs, grosSES, travailleuSEs du sexe, avec ou sans papiers, ... quelle que soit la manière dont chacunE se nomme et se vit.

Pourquoi créer un Pink Bloc revendicatif et festif à Montpellier?

Parce que nous n'oublions pas les émeutes de Stonewall, en 1969, quand les trans, les dragqueens, les pédés, les gouines descendent dans la rue pour s'opposer au système hétéropatriarcal qui exerce sur eulles sa violence, et marquent ainsi le premier mouvement de révolte d'ampleur dont les prides à travers le monde sont les héritières !

Parce les violences du système hétéropatriarcal sont toujours là, nous descendons encore dans la rue.

Parce que revendiquer l'égalité des droits est certes nécessaire mais n'est pas suffisant !

Parce nos luttes ne se réduisent pas à l'intégration des « minorités ». L'intégration dans un système capitaliste, patriarcal, raciste, sexiste et hétéro-normé n'est pas une forme d'émancipation !

Parce que ce système capitaliste, patriarcal, raciste, sexiste et hétéro-normé, enferme les individuEs en créant des hiérarchies, basées sur des critères pour le moins discutables tels que l'esthétique, l'origine ethnique, l'état de santé, le genre, la sexualité, et se nourrie de la domination des unEs sur les autres !

Parce que le système capitaliste et le patriarcat s'imbriquent et se renforcent mutuellement : le durcissement du système capitaliste creuse davantage les inégalités sociales et s'accompagne d'un durcissement des relais de l'oppression patriarcale réduisant toujours un peu plus notre autonomie !

Parce que la précarisation généralisée est un terreau fertile pour la montée du racisme, du fascisme et de l'homonationalisme, et que les réacs et fachos sont toujours là avec leurs discours qui tentent de monter les minorités les unes contre les autres !

Parce qu'aujourd'hui encore, l'État intensifie ses politiques racistes. Il traque, enferme et expulse des personnes exilées malgré les menaces de mort qui pèsent sur eulles, tout en réprimant la solidarité !

Parce que l'État, sous couvert de protection, mène une politique répressive qui met en danger et précarise les travailleuSEs du sexe.

Parce que, malgré l'ouverture du mariage aux couples français de personnes de même sexe, les hiérarchies de genre et de sexualité perdurent et s'accentuent, comme les violences qui y sont associées : lesbophobie, transphobie, homophobie, biphobie, violences conjugales... SOS Homophobie a enregistré, pour 2017, une hausse du nombre des agressions LGBTIphobes. Aujourd'hui encore, nous sommes discriminéEs, agresséEs, violéEs, assassinéEs !

Parce que la libre disposition de nos corps n'est pas acquise : psychiatrisation des trans', non droit au changement d'état civil sur simple demande et sans obligation de passer devant un tribunal aux critères transphobes, inexistence des parcours de transition libres et gratuits, enfants et adultes intersexuéEs toujours mutiléEs par la médecine, aucune avancée sur l'accès à la PMA, remise en cause morale et économique de l'IVG, interdiction de faire un don de sang pour les pédés et les bis sans «abstinence» de 12 mois...!

Parce que nous refusons la récupération mercantile et capitaliste de la marche des fiertés, comme de toutes les luttes d'émancipation !

Parce que nous luttons pour une société égalitaire débarrassée des systèmes d'exploitations et d'oppressions !

Et parce que seule la lutte paie !

Ps: N'oubliez pas de vous accorder à notre code couleur vestimentaire ROSE et NOIR pour ne jamais oublier les trans, PDs, gouines, déportéEs dans les camps de concentration (le triangle rose marquait les homosexuels et le triangle noir les "asociales" lesbiennes, prostituéEs, avortéEs, chomeurEs, RomEs ...)

Source : message reçu le 26 juin 17h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir